Catégorie archives

Renaud Lavillenie: « Je voulais rendre à mon sport ce qu’il m’a donné »

De gauche à droite: le journaliste Julien Le Coq, Renaud Lavillenie et les coproducteurs Stéphane Serré et Bruno Duvinage.

Le journaliste Julien Le Coq, Renaud Lavillenie et les coproducteurs Stéphane Serré et Bruno Duvinage.

Le cinéma Les Ambiances projetait en avant-première le documentaire clermontois Lavillenie l’affranchi, qui retrace la trajectoire exceptionnelle du détenteur du record du monde de saut à la perche. Cine63 a recueilli les commentaires de l’athlète au sujet du film, qui sera diffusé en août prochain sur France 2.

Les mains sont barbouillées de talc. Elles se saisissent fermement de la perche. Tout est prêt. Lavillenie lève vers son objectif un regard acéré.  Il s’élance…  « On a mis quelques secondes à comprendre. Et on a réalisé qu’il l’avait fait. Magique !  »

Sa compagne, Anaïs Poumarat, a du mal à trouver les mots...

Lire la suite

José Garcia: « Fonzy m’a amené sur le terrain de la tendresse! »

José Garcia et son épouse Isabelle Doval étaient présents à Clermont-Ferrand pour la sortie de Fonzy. Elle réalise, il joue. Quoi? Un curieux personnage qui se retrouve géniteur de plus de 500 enfants… Paternité, lien filial, construction de soi: autant de sujets sérieux abordés dans une ambiance souriante et bon enfant.

Dans le film, José Garcia interprète un donneur de sperme. "Dès qu'il y a un rôle de branleur, on me le propose!" s'amuse-t-il. Photo: Valentin Uta.

Dans le film, José Garcia interprète un donneur de sperme. « Dès qu’il y a un rôle de branleur, on me le propose! » s’amuse-t-il. Photo: Valentin Uta.

C’est un couple visiblement très complice qui se présente à la conférence de presse. A peine entrés, José Garcia et la réalisatrice Isabelle Doval distribuent les poignées de mains sans façons, plaisantent, remercient chaleureusement pour le café. « La promotion est l’une des choses que l’on préfère...

Lire la suite

Serge Garde: « Outreau a décrédibilisé la parole de l’enfant »

Serge_Garde_0059« Une affaire ne dérape pas comme ça à cause d’un seul magistrat » affirme le journaliste. Photo: Vincent Barthélémy

Serge Garde est le réalisateur du documentaire controversé Outreau, l’autre vérité. L’ancien journaliste de « L’Humanité » y prend le parti des enfants victimes en revenant sur le traitement médiatique et judiciaire de l’affaire…

Pourquoi avoir fait ce film ?

Serge Garde : l’affaire d’Outreau m’avait laissé un goût amer. L’histoire qu’on nous a servi était trop simple. Cette affaire pèse encore sur tous les tribunaux de France. Elle a permis de décrédibiliser la parole des enfants. Mon but était donc d’apporter un autre regard en retrouvant tout d’abord des enfants victimes...

Lire la suite

Michèle Laroque: « J’adore l’idée d’embarquer les gens dans une aventure artistique »

La comédienne espère récolter 400 000 euros de la part du public. (Photo: Vincent Barthélémy).

La comédienne espère récolter 400 000 euros de la part du public. (Photo: Vincent Barthélémy).

La comédienne a profité de son passage à Clermont, peu avant son spectacle « Ils se re-aiment », pour promouvoir le projet de financement participatif de son prochain film. Une initiative originale qu’elle expose avec enthousiasme.

Comment vous est venue cette idée de financement de film par le public?

Michèle Laroque : j’ai entendu parler du financement participatif par le site « touscoprod ». Je me suis alors rappelée d’un sujet de film touchant à l’humain, que j’avais en tête depuis longtemps. Faire financer ce genre d’histoire par le public m’est apparu particulièrement cohérent...

Lire la suite

Omar Sy: « J’assume mon besoin de reconnaissance »

Le flic de banlieue et celui des beaux quartiers sont forcés de collaborer. (Photo DR, Mars Distribution)

Le flic de banlieue et celui des beaux quartiers sont forcés de collaborer. (Photo DR, Mars Distribution)

En l’espace d’un film, Omar Sy est devenu l’un des visages les plus populaires du cinéma français. Le voici qui revient sur les écrans cette semaine avec De l’autre côté du périph’. Il était présent pour l’avant-première parisienne, aux côtés de Laurent Lafitte et du réalisateur David Charhon.

Son rire tonitruant le précède alors qu’il pénètre dans la salle. D’emblée, Omar Sy fait honneur à son image sympathique ! Blagueur et simple, prêt à discuter de son nouveau film.
« C’était un tournage très physique et éprouvant. Heureusement, j’avais acquis de bonnes techniques d’action avec le décrochage du téléphone dans le SAV », rigole-t-il.

De...

Lire la suite

Romain Duris: « La prise de risque va bien au cinéma »


populaire 3

Romain Duris, Déborah François et Régis Roinsard se sont livrés à quelques confidences lors de l’avant-première de la comédie romantique Populaire. Morceaux choisis…

Afin d’assurer la promotion de Populaire, Romain Duris a dû abandonner temporairement le tournage de L’écume des jours à New York : « j’y étais quand l’ouragan Sandy s’est abattu sur la ville… Mais le plus incroyable, c’était après son passage : la ville la plus moderne du monde qui s’éclaire à la bougie pendant quatre jours ! »

Retour à Populaire. Un coup de cœur pour Romain Duris et Déborah François. Même si la jeune Liégeoise, que l’on a pu voir entre autres dans L’enfant et La tourneuse de pages, a dû se familiariser à vitesse grand V à la machine à écrire, la seconde hér...

Lire la suite

Leïla Bekhti: « je voulais un personnage plein de failles»

Seul le boulot réunit le père et sa fille...

Seul le boulot réunit le père et sa fille…

Roschdy Zem, Leïla Bekhti, Pierre Jolivet : un trio de choc qui a donné naissance à Mains armées, polar efficace et sensible autour de la relation conflictuelle entre un père et sa fille. Rencontre à l’avant-première parisienne…

« On peut se tutoyer ? » demande brusquement Leïla Bekhti au milieu de la conversation. Quelques minutes plus tôt, la comédienne de 28 ans avait fait son apparition, en jean et T-shirt, un sourire presque timide aux lèvres, aux côtés de Roschdy Zem et du réalisateur Pierre Jolivet.

Depuis quinze jours, la jeune femme assure, en toute simplicité, la promo de Mains armées. Le premier polar de la comédienne. Un genre qui ne la séduisait pas a priori : « j’en avais très peur...

Lire la suite

Elsa Zylberstein: « Dans la vie il n’y a pas de brouillon ! »

plan de table.3

Elsa Zylberstein, Louise Monot et Shirley Bousquet étaient à Clermont-Ferrand pour la sortie de Plan de table, premier film de la réalisatrice clermontoise Christelle Raynal. Echange à bâtons rompus, sous le signe de la bonne humeur…

Une joyeuse cohorte ! Malgré la pluie et le retard qu’avait accusé leur train à Châtel-Guyon, c’est détendue et blagueuse que l’équipe de Plan de table a fait son entrée dans les locaux de France Bleu.

Un trio de ravissantes brunes – Elsa Zylberstein, Shirley Bousquet, Louise Monot – une sympathique réalisatrice et son comédien de frère, Christelle et Tom Raynal, venus défendre le premier film de cette Auvergnate pétillante… « J’ai aimé l’histoire, le scénario, j’aime Christelle, résume Louise Monot, jeune pousse du cinéma français aux f...

Lire la suite

David Cronenberg: « c’est le sujet qui m’a choisi »


Le réalisateur assurait la promotion de A dangerous method parallèlement au tournage de Cosmopolis avec Robert Pattinson.

Le réalisateur assurait la promotion de A dangerous method parallèlement au tournage de Cosmopolis avec Robert Pattinson.

De Dead zone aux Promesses de l’ombre, David Cronenberg a marqué le cinéma contemporain de sa griffe. Avec A dangerous method, le réalisateur canadien poursuit son exploration de l’âme humaine à la lumière d’un pan méconnu de la psychanalyse… Rencontre.

Pour une star internationale, il n’avait qu’un quart d’heure de retard. La voix et le regard doux, presque timide, David Cronenberg lance un « bonjour » en français avant de s’installer devant les 19 journalistes réunis dans la chambre 240 de l’hôtel Bristol.

Le réalisateur de 68 ans, auteur de Crash, Spider, A history of violence, Les Promesses de l’ombre et bien d’autres, évoque alors...

Lire la suite

Mathieu Kassovitz: « Je voulais faire connaître l’histoire d’Ouvéa »

Mathieu Kassovitz a endossé le rôle de Philippe Legorjus, du GIGN, qui mena les négociations entre les différents acteurs.

Mathieu Kassovitz a endossé le rôle de Philippe Legorjus, du GIGN, qui mena les négociations entre les différents acteurs.

Censuré en Nouvelle Calédonie, L’ordre et la morale, qui retrace la prise d’otages d’Ouvéa de mai 88, sort cette semaine sur les écrans. Son réalisateur Mathieu Kassovitz était à Clermont lors de l’avant-première.

La salle du Ciné-Dôme était comble lorsque sont apparus, sous un tonnerre d’applaudissements, Mathieu Kassovitz, Iabe Lapacas et Philippe Legorjus. Tout sourire, le réalisateur de La haine se saisit de son portable, prend une photo de la foule en standing ovation : « c’est pour mettre sur Facebook ! »

Mais le ton se fera plus grave durant cette heure d’échange avec le public à propos de son nouveau film, L’ordre et la mor...

Lire la suite