Avant Cannes, ils étaient à Clermont…

 Il y a des années, ils commençaient  leur carrière par le court-métrage.  Aujourd’hui, certains se retrouvent à Cannes. Passage obligé du court, le festival de Clermont-Ferrand avait sélectionné et primé nombre de ces réalisateurs en avant-première…  Petit tour d’horizon de ces talents confirmés – ou prometteurs – qui seront sur la Croisette cette année.

De gauche à droite: les réalisateurs Abderrahmane Sissako, Nuri Bilge Ceylan et Olivier Assayas. (Crédit : Sauve qui peut le court-métrage)

De gauche à droite: les réalisateurs Abderrahmane Sissako, Nuri Bilge Ceylan et Olivier Assayas. (Crédit : Sauve qui peut le court-métrage)

 

En compétition à Cannes

Mike Leigh:  en 1993, le célèbre réalisateur britannique avait obtenu le Prix du public et la Mention spéciale du jury international pour son court-métrage A sense of history à Clermont-Ferrand. La même année, le cinéaste raflait le Prix de la mise en scène à Cannes pour Naked avant de décrocher la Palme d’Or trois ans plus tard pour Secrets et mensonges, qui raconte le parcours d’une femme à la recherche de sa mère adoptive. Parmi ses œuvres les plus connues figurent All or nothing, Topsy-Turvy ou encore Another year. Son dernier film, Mr Turner, qui revient sur la vie du célèbre peintre anglais, récoltera peut-être aussi son lot de prix cannois…

A sense of history . Le court-métrage de Mike Leigh avait reçu le Prix du Public et la Mention spéciale du Jury international à Clermont en 1993. Le réalisateur avait décroché la Palme d'Or la même année...

Le court-métrage de Mike Leigh avait reçu le Prix du Public et la Mention spéciale du Jury international à Clermont en 1993.
(Crédit: DR)

Abderrhamane Sissako:  le réalisateur mauritanien revient après huit ans d’absence avec Timbuktu, l’histoire de la vie simple et tranquille de Kidane, bouleversée à l’arrivée des djihadistes au Mali. Sissako a été sélectionné à deux reprises par le festival de Clermont-Ferrand, d’abord en compétition nationale en 1994 avec Octobre, puis en compétition internationale en 1998 avec Sabrya, qui avait obtenu la Mention du jury jeunes.

Nuri Bilge Ceylan: son dernier film, Il était une fois en Anatolie, s’était approprié le Grand Prix du festival de Cannes 2011. Adepte des mises en scène contemplatives et des réflexions existentielles (Les trois singes, Les climats, Uzak), le cinéaste turc semble remettre le couvert cette année avec le huis clos Winter sleep. Koza, sélectionné à Clermont-Ferrand en 1996, qui narre les retrouvailles difficiles d’un couple séparé, s’inscrivait déjà dans cette veine psychologique…

Olivier Assayas: en 1983, le futur réalisateur de Clean, Carlos et Paris je t’aime se trouvait en compétition nationale à Clermont-Ferrand pour Laissé inachevé à Tokyo. Il revisite aujourd’hui le magnifique film de Mankiewicz, All about Eve, avec Sils Maria, qui évoque la remise en question d’une comédienne au crépuscule de sa carrière, interprétée par Juliette Binoche, avec à ses côtés l’actrice montante Kristen Stewart.

 

Un Certain Regard

Le film Party Girl fera l’ouverture de la Sélection Officielle « Un Certain Regard » à Cannes. Party Girl a été coréalisé par Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, des habitués du festival de Clermont-Ferrand et dont les courts-métrages y ont été primés à plusieurs reprises (notamment pour Forbach, Grand Prix National 2009). Ce premier long-métrage parcourt l’existence d’Angélique, soixante ans, entraîneuse dans un bar de nuit, qui aime encore la fête et les hommes mais qui, devenue la doyenne, se sent en fin de course et accepte d’épouser son client régulier.

Bird People de Pascale Ferran met à l'affiche la jeune et talentueuse Anaïs Demoustier. © Diaphana Distribution

Bird People de Pascale Ferran met à l’affiche la jeune et talentueuse Anaïs Demoustier. © Diaphana Distribution

Pascale Ferran est une autre habituée du festival de Clermont qui lui avait décerné le Prix du scénario en 1984 pour Il ne faut jurer de rien, mettant en scène un jeune homme poussant sa sœur dans les bras de l’amant de sa fiancée. Après Petits arrangements avec les morts (Caméra d’or en 1994), L’Age des possibles et Lady Chatterley, voici Bird People, annoncé comme une des surprises cannoises, avec Anaïs Demoustier à l’affiche.

Hors compétition

Le thriller The Rover, qui met en scène Robert Pattinson et Guy Pearce, est signé de l’Australien David Michôd, déjà remarqué avec Animal Kingdom il y a trois ans. Il est le scénariste de I love Sarah Jane, court-métrage récompensé du Prix Canal+ international lors du festival 2008 de Clermont. The Rover sera présenté aux Séances de Minuit.

Guy Pearce et Robert Pattinson seront à l'affiche de The Rover, de David Michôd, qui avait commencé comme scénariste sur un court-métrage primé à Clermont.

Guy Pearce et Robert Pattinson seront à l’affiche de The Rover, de David Michôd, qui avait commencé comme scénariste sur un court-métrage primé à Clermont. (Crédit: Metropolitan Films)

Tony Gatlif, auteur de Exils avec Romain Duris, ainsi que de Transylvania, est venu à Clermont à plusieurs reprises pour y présenter ses très nombreux courts-métrages et y officier comme juré international en 1995. Présenté aux Séances Spéciales à Cannes, Géronimo, son dernier long-métrage, voit l’actrice Céline Sallette camper une éducatrice de banlieue.

Le "trombino" de Tony Gatlif lors de sa venue à Clermont-Ferrand en tant que membre du jury international, en 1995. (Crédit: Sauve qui peut le court-métrage)

Le « trombino » de Tony Gatlif lors de sa venue à Clermont-Ferrand en tant que membre du jury international, en 1995. (Crédit: Sauve qui peut le court-métrage)

Chez les jurés aussi…

Jane Campion et Nicole Garcia: elles ne présenteront pas de film cette année, mais elles devront les juger… La célèbre réalisatrice néo-zélandaise de La leçon de piano, unique Palme d’Or féminine, présidera ce 67ème festival. L’Auvergne l’avait accueillie en 1986 pour After Hours, présenté en compétition internationale, et qui évoquait le harcèlement sexuel.
La réalisatrice, actrice et scénariste Nicole Garcia avait fait un passage par le court avec la présentation de Quinze août en 1987, dans lequel jouait notamment Jean-Louis Trintignant. Elle présidera le Jury de la Caméra d’or, qui récompense le meilleur premier film présenté à Cannes.

Cette liste est bien sûr loin d’être exhaustive. Pour en savoir plus, retrouvez l’éventail complet des réalisateurs et jurés sur le site de l’association « Sauve qui peut le court-métrage ». Un grand merci à eux pour toutes ces informations !

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>