Michèle Laroque: « J’adore l’idée d’embarquer les gens dans une aventure artistique »

La comédienne espère récolter 400 000 euros de la part du public. (Photo: Vincent Barthélémy).

La comédienne espère récolter 400 000 euros de la part du public. (Photo: Vincent Barthélémy).

La comédienne a profité de son passage à Clermont, peu avant son spectacle « Ils se re-aiment », pour promouvoir le projet de financement participatif de son prochain film. Une initiative originale qu’elle expose avec enthousiasme.

Comment vous est venue cette idée de financement de film par le public?

Michèle Laroque : j’ai entendu parler du financement participatif par le site « touscoprod ». Je me suis alors rappelée d’un sujet de film touchant à l’humain, que j’avais en tête depuis longtemps. Faire financer ce genre d’histoire par le public m’est apparu particulièrement cohérent. En plus, nous sommes dans une période de crise, et j’adore l’idée d’embarquer les gens dans une aventure artistique, de rêve, de leur faire profiter de mes vingt ans de carrière, du talent de certaines équipes… Roschdy Zem m’a déjà donné son accord de principe pour y jouer. C’est la première fois qu’un tel projet démarre avec le public, et je pense même que c’est une première mondiale qu’un artiste connu fasse campagne.

Ce type d’action s’adresse d’abord aux réalisateurs peu connus, qui ne disposent pas d’assises financières suffisantes…

M.L. : Pourquoi ? Je pense que si ça marche, les gens auront envie d’aider les créateurs. C’est une espèce de tremplin qui met en lumière ce type de financement. Dans mon rêve, si on recueille des bénéfices avec les donateurs, on pourra les reverser à de jeunes créateurs ! Et cela me fait très plaisir d’ouvrir une porte. Et qui mieux qu’une personne connue est susceptible de l’ouvrir ?

Il faudrait que vous rassembliez 400 000 euros?

M.L. : oui. Le budget approximatif du film se situe idéalement autour de 4 millions d’euros. Nous espérons collecter 10% de cette somme de la part du public comme base de départ. Mais je vais tout faire pour que l’on aie plus et que le film se fasse uniquement avec le public. Le film pourrait se faire avec environ 1,5 million d’euros, mais il faudrait que toute l’équipe soit partante…

Y-a-t-il un montant minimum à donner ?

M.L. : On donne ce qu’on veut. L’argent ne sera débité qu’à la fin de la campagne*. Et il est prévu plein de contreparties pour les donateurs. Je trouve ça génial qu’en versant 10 euros, quelqu’un puisse dire : « mon film sort demain ». Il y aura ainsi dans la France entière des gens qui ne se connaîtront pas, liés par une aventure artistique commune. En parler partout est également très important, notamment sur les réseaux sociaux !

De quoi parlera le film ?

M.L. : c’est un film sur la construction humaine. C’est une journaliste, que je voudrais interpréter, qui fait un reportage sur deux hommes issus d’un même quartier difficile. L’un est devenu député européen, l’autre est resté dans son quartier, a fait de la prison et s’occupe des jeunes en difficulté. Le film retracera leurs épreuves et leur évolution.

*Le 30 juin 2013. Si les 400 000 euros ne sont pas réunis à cette date, les sommes ne seront pas encaissées. Renseignements : www.touscoprod.com.

 

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>