De l’autre côté du périph’

 

periph 1

Ousmane Diakité est en planque dans une voiture banalisée. Normal. Il fait son boulot de flic. Sauf qu’il est noir et traîne son passé de banlieusard derrière lui. De l’autre côté du périph’, c’est vite un handicap. Il n’est plus policier à Bobigny, mais quelqu’un que l’on regarde de travers. Une méfiance que partage d’emblée François Monge (Laurent Lafitte), capitaine de la police criminelle de Paris. Carriériste et issu des beaux quartiers parisiens, ce dernier est contraint de s’associer à Ousmane lorsque est retrouvé le corps d’Eponine Chaligny, épouse du premier patron de France…

Coup sur coup, Omar Sy campe un gars des cités qui arrive comme un chien dans un jeu de quilles dans un milieu totalement différent du sien. Ça fait penser un tantinet à « Intouchables »… D’autant que le film de David Charhon (réalisateur de « Cyprien ») s’autorise quelques clins d’œil grossiers, comme la folle course-poursuite sur le périphérique, ou les quelques pas de danse d’Omar sur le parquet lustré d’un salon chic… En dépit d’une réalisation menée tambour battant et la joyeuse énergie de ses interprètes, l’ennui s’installe vite devant cette comédie qui cumule les poncifs. « L’arme fatale » version française, 20 ans après. Et devinez quoi ? Ousmane se révèle bien plus qu’un gars mal dégrossi de la banlieue, et Monge autre chose qu’un macho péteux. Et les deux hommes pourraient même bien finir par s’apprécier !…

 

periph 2

Crédits: Mars Distribution.

Retrouvez ici l’interview d’Omar Sy, Laurent Lafitte et David Charhon.

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>