Populaire

 

POPULAIRE

 

1958. « Etre secrétaire c’est moderne, rencontrer des gens, faire le tour du monde » débite consciencieusement Rose lors de son entretien d’embauche. Face à cette postulante mal assurée, Romain Duris lui donne du «mon chou » et de la condescendance. La jeune Normande se saisit alors d’une machine à écrire… Et tape dans l’œil de Louis Echard, le patron de cette société d’assurance de Lisieux.

Fasciné par la vitesse de frappe de la jeune femme et gagné par son instinct de compétiteur, il décide d’en faire sa pouliche. Elle veut le poste ? Elle devra participer (ou plutôt « gagner » ! ) le championnat régional de vitesse dactylographique. Rose se prête donc à un entraînement intensif digne d’une athlète, les doigts collés aux touches presque jour et nuit. Les caractères se révèlent, les sentiments aussi. Elle est charmée par son Pygmalion, lui par son culot et sa spontanéité… Que croyez-vous qu’il arriva ?
Populaire est frais, joyeux, plein de charme. Oui, l’histoire est prévisible. Mais la comédie romantique de Régis Roinsard a pour elle la sève des premiers films, un contexte original, des comédiens épatants (Déborah François en tête) et une balade agréable dans les années 50. Même si on est content d’avoir retrouvé son bon vieux PC pour vous l’écrire !

Retrouvez ici l’interview de Romain Duris, Déborah François et du réalisateur Régis Roinsard.

 

POPULAIRE.jpg 2
Crédits: Mars Distribution.

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>