David Cronenberg: « c’est le sujet qui m’a choisi »


Le réalisateur assurait la promotion de A dangerous method parallèlement au tournage de Cosmopolis avec Robert Pattinson.

Le réalisateur assurait la promotion de A dangerous method parallèlement au tournage de Cosmopolis avec Robert Pattinson.

 

De Dead zone aux Promesses de l’ombre, David Cronenberg a marqué le cinéma contemporain de sa griffe. Avec A dangerous method, le réalisateur canadien poursuit son exploration de l’âme humaine à la lumière d’un pan méconnu de la psychanalyse… Rencontre.

Pour une star internationale, il n’avait qu’un quart d’heure de retard. La voix et le regard doux, presque timide, David Cronenberg lance un « bonjour » en français avant de s’installer devant les 19 journalistes réunis dans la chambre 240 de l’hôtel Bristol.

Le réalisateur de 68 ans, auteur de Crash, Spider, A history of violence, Les Promesses de l’ombre et bien d’autres, évoque alors la genèse de son nouveau film, A dangerous method, qui plonge au cœur de la psychanalyse en retraçant les relations tumultueuses qu’entretinrent Sigmund Freud (Viggo Mortensen), Carl Jung (Michaël Fassbender) et la jeune Sabina Spielrein (Keira Knightley).

cronenberg.4

« Parfois, c’est le sujet qui vous choisit, commence David Cronenberg. Je connaissais le scénariste Christopher Hampton, qui avait adapté le livre « A most dangerous method » en pièce de théâtre. C’est à ce moment que j’ai réalisé qu’il y avait là une structure dramatique parfaite pour le cinéma, qui permettrait d’aborder la naissance de la psychanalyse en Europe centrale à cette époque. De plus, le fait qu’il y ait cette relation amoureuse qui scellait toute l’histoire m’intéressait beaucoup ».

Un Cronenberg plus académique

D’abord patiente, puis maîtresse de Jung et disciple de Freud, la jeune Sabina Spielrein constitue en effet un maillon essentiel de l’histoire, qui influera sur la relation entre les deux grands maîtres viennois et suisse.
Une mise en lumière qui rend justice à cette brillante psychanalyste méconnue du grand public : « contrairement à Jung et Freud, elle n’essayait pas de devenir une figure tutélaire, un génie célèbre, poursuit le réalisateur en émaillant son discours de quelques mots de français. De plus, à l’époque, on n’encourageait pas les femmes dans cette voie, même si dans ce milieu il existait malgré tout une vision assez libérale qui les poussait à devenir des intellectuelles ».

Ce que disait Freud de la psyché humaine était perturbant pour l’époque

On imagine le travail de recherche et de documentation qu’exigeait un tel film: « nous voulions nous montrer très précis. Tous les personnages qui apparaissent, y compris celui du psychiatre fou Otto Gross, joué par Vincent Cassel, ont existé. Les dialogues ont été écrits à partir de lettres que les protagonistes s’envoyaient régulièrement : c’étaient des gens très obsessionnels qui consignaient tout ! »

Les inconditionnels risquent dès lors d’être un peu déroutés par la forme, plus didactique, de ce nouveau Cronenberg, que l’on a connu plus déjanté.

cronenberg.JPG 2

« Quand je fais un film, j’oublie tous les autres, explique le cinéaste. Il n’y a pas de pont entre eux, ni de style préconçu. Il fallait surtout recréer certains décors évoquant une période à la fois prospère, civilisée, mais en même temps très répressive. Ce que disait Freud de la psyché humaine était donc perturbant, subversif, voire dangereux pour l’époque. D’où le titre du film… Cela impliquait en effet une relation nouvelle entre l’analysant et l’analysé, mêlant le clinique et l’intime. Sabina elle-même, sauvage et atteinte d’hystérie au début du film, détone dans ce cadre de rigidité ».

Et vous, monsieur Cronenberg, être-vous client de la psychanalyse ? « c’était plutôt mes acteurs qui en avaient besoin. D’ailleurs, ils me considéraient comme un docteur Freud ! En revanche, mon épouse estime que c’est elle la psy ! »

Lire la critique ici

cronenberg.3
Crédits: Mars Distribution.

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>