Bertrand Tavernier au cœur du XVIème siècle

montpensier.jpg 2

           Mélanie Thierry endosse le rôle de l’héroïque princesse de Montpensier.

 

Il est l’un des plus grands cinéastes français contemporains. L’appât, L627, La mort en direct, figurent parmi ses réalisations. Bertrand Tavernier était à Clermont pour présenter son dernier film, La Princesse de Montpensier, tourné en majeure partie en Auvergne.

Son dernier film l’avait conduit dans les bayous de la Louisiane. Bertrand Tavernier revient aujourd’hui avec une œuvre purement française : adaptation d’une nouvelle de Mme de La Fayette, « La Princesse de Montpensier »  situe son action durant les guerres de religion du XVIème siècle. Marie de Mézières, éprise du duc de Guise, se voit contrainte d’épouser le prince de Montpensier. L’histoire suit alors l’évolution de cette toute jeune fille, au sein de cet univers chaotique et sévèrement régi.

Le cinéaste a trouvé dans le Cantal le cadre idéal pour son film. Photo: Valentin Uta.

Le cinéaste a trouvé dans le Cantal le cadre idéal pour son film. Photo: Valentin Uta.

« Les personnages m’ont énormément touché, confie le réalisateur. J’y ai vu l’occasion de faire une histoire d’amour, lyrique et passionnée, à une époque âpre et violente. Marie est encore proche de l’enfance, mais elle doit affronter certaines péripéties, tout en essayant d’apprendre, de comprendre ».

Marie de Mézières se voit contrainte d'épouser le prince de Montpensier, interprété par Grégoire Leprince-Ringuet.

Marie de Mézières se voit contrainte d’épouser le prince de Montpensier, interprété par Grégoire Leprince-Ringuet.

 

Autour de son interprète, la juvénile Mélanie Thierry, et de Lambert Wilson, on retrouve la nouvelle génération du cinéma français: Gaspard Ulliel, Grégoire Leprince-Ringuet, Raphaël Personnaz… « Même si l’histoire exigeait des héros très jeunes, c’était aussi une volonté de casser les clichés du film historique, où l’on prend toujours des comédiens trop âgés ! En outre, c’était très intéressant de filmer cette jeunesse face au monde très dur qui les entoure ».

Casser les clichés du film historique

Des scènes tournées dans un cadre idéal, où les décors auvergnats représentaient une aubaine pour l’équipe : « nous sommes tombés sur l’extraordinaire château de Messilhac (1), qui n’était pollué par aucune masse de constructions, comme c’était le cas dans d’autres régions. En outre, nous avons découvert que les Montpensier possédaient plusieurs châteaux dans les environs ! Enfin, nous étions entourés d’une nature forte, lyrique, presque « westernienne », qui convenait à l’esprit du film ».

montpensier                     Les cours de son précepteur sont l’un des rares moments d’évasion de la jeune femme.

 

Acteur et observateur du cinéma français depuis près de 50 ans, Bertrand Tavernier est revenu  sur son évolution actuelle : « Le talent est toujours là, maintient-il. J’ai trouvé Le bruit des glaçons extraordinairement bien fait, et j’attends avec impatience le nouveau François Ozon. Malheureusement, j’ai aussi connu la perte de deux amis, Alain Corneau et Claude Chabrol, que j’ai très mal vécue… »

Concernant l’avenir, le cinéaste se veut discret et affiche, pour La Princesse de Montpensier, une totale indifférence au box-office : « je n’ai jamais été dans la religion du chiffre. Il y a vingt ans on ne s’occupait pas de savoir combien gagnaient les gens, aujourd’hui c’est la mode. Mais par moment cela m’intéresse : j’ai entendu sur France Culture que Christine Ockrent gagnait plus que Barack Obama ! »

(1) Dans le Cantal.

Comme dans "La princesse de Clèves" du même auteur, Marie de Montpensier aime un autre homme que son époux. En l'occurence, le duc de Guise, qu'incarne Gaspard Ulliel.

Comme dans « La princesse de Clèves » du même auteur, l’héroïne aime un autre homme que son époux. En l’occurence, le duc de Guise, qu’incarne Gaspard Ulliel.

Crédits: StudioCanal.

 

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>