20 ans déjà! Coup de projecteur sur Cinéfac…

Films, courts-métrages et musique : Cinéfac mettra les petits plats dans les grands pour souffler ses bougies lors de son programme « anniversaire » .

Le célèbre ciné-club clermontois fête ses vingt ans en grandes pompes. Flash-back sur l’histoire de cette structure qui a su tirer son épingle du jeu.

On dit que c’est le plus bel âge de la vie, car on l’a toute entière devant soi… Cinéfac a d’ores et déjà bien rempli la sienne. Eclectique, peu onéreux, pédagogique, le ciné-club de l’université de Gergovia détient de sérieux atouts pour rameuter les foules depuis vingt ans.

Une de ses bottes secrètes : son renouvellement permanent, aussi bien dans les thématiques de films que dans ses programmations plus marginales, telles que les Midnight movies, projetés à minuit et dédiés aux films alternatifs, underground ou fantastiques.

Stéphane Haddouche y officie depuis onze ans. Il tenait, de même que les nombreux autres adhérents (une vingtaine), à « sortir de l’image un peu poussiéreuse que l’on se fait des ciné-clubs ».

Autre exigence : une autonomie maximum. « Nous avons notre propre indépendance technique, nos propres projectionnistes, qui sont formés au fur et à mesure de leur arrivée. Pour le reste, les membres ne se contentent pas de proposer des films : entre la réservation et la livraison des copies, la communication, la gestion du site Internet, etc…, il y a toujours de quoi faire. Les problèmes que nous rencontrons parfois avec nos distributeurs résident dans l’envoi de copies en trop mauvais état – comme par exemple avec Requiem pour un massacre, dont nous avons dû annuler la projection – ou en fin de droit. »

Plus de la moitié des ciné-clubs français disparus

Cela étant, malgré les bouleversements modernes liés au DVD et aux téléchargements, l’association tient bon la barre. Depuis les premiers documentaires – diffusés en 1989 dans le cadre du bicentenaire de la Révolution Française – jusqu’à aujourd’hui, Cinéfac a ouvert la voie à tous les genres, étoffé ses soirées de séances de présentation et de la diffusion de courts-métrages… Et s’est muni d’un projecteur 35mm, identique à ceux utilisés dans les salles de cinéma classiques.

Retraçant la carrière du comique américain Andy Kaufman, interprété par Jim Carrey, "Man on the moon", de Milos Forman, sera projeté en préambule de cette vingtième édition.

Retraçant la carrière du comique américain Andy Kaufman, interprété par Jim Carrey, Man on the moon, de Milos Forman, a été projeté en préambule de cette vingtième édition.

Fidèle à une certaine conception du septième art, ce qui apparaissait anecdotique il y a seulement quelques années relève aujourd’hui d’un véritable credo, voire d’un défi : la défense et la promotion d’un cinéma sur pellicule, à l’approche grandissante de l’ère numérique.

« C’est toute une éducation qui est parfois à faire auprès du public », observe Stéphane Haddouche. « Tout le monde n’a pas le réflexe du grand écran. Nous, nous pensons qu’il aura toujours son charme et son intérêt, comme l’est un son particulier, une version originale… La preuve : quand nous avons projeté Apocalypse Now, en début d’année, pourtant édité en DVD, nous avons accueilli environ 260 personnes ».

Ceci dit, Cinéfac connaît toujours plus de succès lors du démarrage de chaque nouvelle saison que dans les semaines qui viennent… Sans compter que le club a accusé une sévère baisse de forme ces dernières années. « Il y a dix ans, l’amphithéâtre était bondé, en moyenne 300 personnes par séance. Nous en avons perdu une bonne moitié. »

Ce constat, s’il se révèle un bon indicateur de la fréquentation nationale des ciné-clubs, (on est passé en une trentaine d’années de 8000 structures à moins de 4000 aujourd’hui) ne signifie pas pour autant la mise à mort de Cinéfac, qui sauve plus qu’honorablement les meubles en comparaison de ses voisins. Chaque année, avec 1000 à 2000 spectateurs de plus que la moyenne des ciné-clubs français, l’association clermontoise constitue l’un des meilleurs ciné-clubs étudiants du pays (1).
Une double occasion de sabrer le champagne cette semaine!

(1) Chiffres : association des ciné-clubs de France et de l’association ASU (Arts et Spectacles en université)

 

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>