« Clouzot, l’ambition d’un génie »

Le tournage de L'Enfer, interrompu brutalement, a laissé derrière lui une quantité de rushes, que Serge Bromberg a pu exploiter. Ici, Romy Schneider et Henri-Georges Clouzot. (Crédit : MK2 Diffusion).

Le tournage de L’Enfer, interrompu brutalement, a laissé derrière lui une quantité de rushes que Serge Bromberg a pu exploiter. Ici, Romy Schneider et Henri-Georges Clouzot. (Crédit : MK2 Diffusion).

 

Tourné en Auvergne, L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot ne fut jamais achevé. Il retrouve aujourd’hui une deuxième vie grâce au documentaire de Serge Bromberg. Nous l’avons rencontré lors de son passage à Clermont.

Un hôtel cantalien au bord d’un lac, au pied du viaduc de Garabit. Une sérénité apparente qui a camouflé bien des tensions et des drames…
En 1964, Henri-Georges Clouzot y pose ses caméras pour L’Enfer, un tournage de l’extrême où Serge Reggiani et Romy Schneider tiennent les rôles titres. L’histoire d’un homme maladivement jaloux, qui ne voit que ce qu’il croit, poursuivant son épouse de sa paranoïa. Parallèlement, sur le plateau, la tyrannique exigence de Clouzot envers son équipe rend les journées réellement… infernales. Reggiani claque la porte…  Et le tournage s’interrompt définitivement après une attaque cardiaque de Clouzot.

« C’est le film qui m’a choisi. Sa légende est tellement insensée ! Dans L’Homme qui tua Liberty Valance, John Ford dit :  « si la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende » ».

Serge Bromberg et la coréalisatrice roumaine Ruxandra Medrea. (Crédit: Lobster)

Serge Bromberg et la coréalisatrice roumaine Ruxandra Medrea. (Crédit: Lobster)

Serge Bromberg est celui qui a mis au jour les rushes de ces trois semaines de tournage épiques. Producteur de télévision et passionné de films anciens, il a réalisé L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot après avoir exhumé 185 boîtes de films, rencontré d’anciens participants au tournage, reconstitué des séquences et une bande-son…

Un voyage initiatique à l’intérieur d’un esprit en fusion

« Inès Clouzot, la veuve du réalisateur, avait d’abord refusé de me céder les droits du film. Mais ensuite, nous sommes restés coincés deux heures dans un ascenseur, ce qui nous a donné le temps de discuter, et elle a changé d’avis ! »
Pourquoi Clouzot avait-il porté son choix sur cet endroit tout proche de Saint-Flour? « Il avait besoin d’un lac, d’un train et d’une ambiance de confinement. L’endroit a beaucoup changé, mais c’est vrai qu’en bas, on a l’impression d’être au fond d’un trou ! »

 

Romy Schneider, 26 ans, vénéneuse et hypnotique, avait choisi ce film pour casser l'image sucrée de Sissi qui lui collait à la peau. (Crédit: Lobster).

Romy Schneider, 26 ans, vénéneuse et hypnotique, avait choisi ce film pour casser l’image sucrée de Sissi qui lui collait à la peau. (Crédit: Lobster).

 

A l’époque, Clouzot poursuivait une révolution esthétique du cinéma, à grand renfort d’expérimentations visuelles et sonores complètement nouvelles et déroutantes. « L’Enfer est un voyage initiatique à l’intérieur d’un esprit en fusion. J’y ai découvert l’ambition d’un génie, qui a rêvé sans doute plus haut qu’il ne pouvait. Mais peut-on lui en vouloir de ça ?… »

Faut-il s’étonner dès lors qu’une telle recherche d’absolu débouche sur une issue aussi brutale ? « Probablement le film ne pouvait pas se terminer comme il était parti. Plus on avance dans l’enquête et moins on comprend ce qui s’est passé… Mais je suis content de ne pas pouvoir apporter de réponse définitive, et je ne regrette pas que le film n’ait pas été achevé, car je mesure la chance que j’ai d’avoir retrouvé ces images… L’Enfer est un Objet Filmique Non Identifié. Il fait partie de ces films que l’on n’oublie pas », conclut Serge Bromberg avant d’aller présenter le résultat de son travail au public clermontois…

Claude Chabrol réalisera L’Enfer en 1994, avec Emmanuelle Béart et François Cluzet dans les rôles titres:

 

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>