Une actrice de premier plan: la Commission du film d’Auvergne


Sans elle, « Les Choristes » (et bien d’autres…) n’auraient probablement pas été tournés dans notre région. Petit coup de projecteur sur la Commission du Film d’Auvergne, instrument de promotion locale essentiel.

C’est fou tout ce qu’elle peut sortir de son chapeau ! Un ancien pensionnat, un paysage de steppes enneigées, ou encore une ville thermale. « Le Transporteur 3 », Quand j’étais chanteur », « Les Brigades du Tigre »… Ils sont tous passés par la Commission du Film d’Auvergne. Longs ou courts-métrages, clips ou publicités, téléfilms ou documentaires, cet incontournable outil d’investigation, financé par le Conseil Régional, permet chaque année à de nombreuses productions d’élire domicile dans notre région.

Comment ? En aidant au travail de repérages effectué en amont de chaque tournage par les techniciens et réalisateurs: « on propose un service gratuit aux productions » note Stéphane Souillat, de la Commission. « On essaye de les surprendre sur notre patrimoine, car pour beaucoup de personnes, l’Auvergne, cela reste les volcans !
Mais il est rare que l’on choisisse l’Auvergne pour l’Auvergne… ».

En effet, même si on opte pour elle grâce à ses décors naturels ou son architecture, on la choisit aussi bien souvent pour des questions pratiques… Ou simplement parce-que le scénario l’exige !

Romy Schneider de passage…

Le travail reste variable, avec 120 à 130 sollicitations par an. « Certaines ne réclament qu’une journée de recherches. Mais pour « Le temps des porte-plumes », cela a pris cinq ans, entre le premier contact et le commencement du tournage. On a de plus en plus de demandes, plus intéressantes. Mais il n’y en a environ qu’une sur quatre qui aboutit, pour des questions financières, ou parce-que l’équipe trouve un cadre plus pertinent ailleurs… »

"Le Transporteur 3", avec Jason Statham et François Berléand, a été tourné en partie en Auvergne. (Photo: DR)

« Le Transporteur 3″, avec Jason Statham et François Berléand, a été tourné en partie en Auvergne. (Photo: DR)

Toujours est-il que 2008 a été un bon cru ici ! 37 tournages, répartis sur l’ensemble du territoire. Comme le téléfilm « Coco Chanel », tourné dans l’Allier et diffusé sur France 2 en décembre dernier, ou encore « Magma », avec Natacha Régnier, réalisé notamment sur le plateau du Cézallier et le Massif du Sancy.
Quant au « Transporteur 3 », dont une petite partie a été tournée, entre autres, sur la réserve des Fades et dans le secteur de Fournols, il est « un des films français qui marche le mieux dans le monde en ce moment ».

« On fonctionne beaucoup au bouche-à-oreille. Il y a aussi des propriétaires qui nous appellent : « j’ai tel décor, est-ce que ça vous intéresse ? » Et pour les films plus importants, la production diffuse ses demandes à toutes les Commissions de France », précise encore Stéphane Souillat.

2009, quant à elle, fait plutôt grise mine, avec un seul long-métrage à son actif, « AO, le dernier Néanderthal », de Jacques Malaterre, tourné au-dessus de la Bourboule (sortie fin 2009) ; et plusieurs projets repoussés. La faute à la crise ? Difficile à dire. Mais on se rattrapera sur « L’Enfer retrouvé, souvenirs d’Henri-Georges Clouzot », présenté en sélection officielle à Cannes !

Tourné dans le Cantal, ce film de Serge Bromberg narre l’épopée du tournage, jamais terminé, de « L’Enfer », interrompu par l’infarctus de son réalisateur, Henri-Georges Clouzot. Proche du viaduc de Garabit et de Saint-Flour, il mettait alors en scène Serge Reggiani et la jeune Romy Schneider…

Recomposé notamment au moyen de plans d’époque, il devrait sortir le 23 septembre. Coïncidence ? Le jour anniversaire de l’actrice disparue…

Aude HILY

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>